Recette de la fausse neige

Plusieurs enfants m’ont écrit qu’ils auraient dû partir au ski pendant les vacances de Pâques. Moi aussi j’aurais dû partir au ski, et je partage la frustration des enfants. Mais rien n’interdit de faire skier ses playmobils dans une boîte.

Pour ça, il faut fabriquer de la neige artificielle. Si tu la fabriques dans un congélateur, elle va fondre très vite et tu ne pourras pas jouer longtemps. Donc on va faire de la neige qui ne fond pas. Tu demanderas à maman d’acheteer de la maïzena blanche en poudre et de la mousse à raser (la moins chère convient).

Mélanges une tasse de maïzena avec de la mousse à raser que tu intègres progressivement. Tu obtiendras une neige très douce que tu peux placer dans une boîte à chaussures pour faire skier tes playmobils. Tu peux construire un tire fesses avec des allumettes peintes en noir ou des épingles à cheveux et du fil à coudre noir, en suspendant des petits morceaux de fil de fer fin.

Quand tu as fini de jouer ne jette pas la neige. Une fois bien compactée, tu as une pâte à modeler très fine, qui sèche à l’air et que tu peux ensuite peindre. Si tu ne veux pas qu’elle sèche, tu ajoutes un peu d’huile d’amande douce au mélange.

Amuse-toi bien!

Impression sur plaque de gélatine (peinture 8)

Impression à la gelli plate + pochoir à la bombe dorée

Les plaques de gélatine vous permettent de faire de chouettes ateliers d’impression. Si vous avez une gelli plate, utilisez-la. Si vous n’en avez pas, voici comment en fabriquer une.

Achetez de la gélatine alimentaire au supermarché. Préparez-la selon le mode d’emploi. Si vous en avez, ajoutez un peu de glycérine. Sinon, ce n’est pas grave: votre plaque se conservera un peu moins longtemps. Conservez cette plaque au frigo après usage. Dans une semaine environ, elle commencera à moisir, il faut évidement la jeter dès les premières traces de moisissures.

Les plaques d’impression peuvent s’utiliser avec de la gouache ou de l’acrylique. Vous allez préparer à côté de vous de quoi étaler la peinture sur la plaque (une large brosse, un spalter ou mieux, un petit rouleau), et de quoi marquer la couche de peinture (papier bulle, carton, pinceau, plantes trouvées dans la nature, pochoirs, …)

On imprime sur les ATC de 64X89mm ou sur du papier d’imprimante. En atelier avec les enfants, j’utilise du papier un peu plus épais: 120 Vous pouvez imprimer sur les photos que vous avez imprimées sur papier ordinaire. Vous pouvez retoucher l’impression une fois sèche avec n’importe quel médium: crayon, fusain, posca, marqueur, bic, … ou imprimer plusieurs fois. Ensuite, on peut coller du masking tape, ect.

Voici une petite galerie de résultats

ATC, photos et peinture (atelier 7)

En général, quand on parle de travailler avec une photo, on parle de faire un dessin ou une peinture en copiant quelque part ce qu’il y a sur la photo. Ce n’est pas de cela que je vais parler aujourd’hui.

ATC d’abord…

Je vous propose de réaliser une série d’ATC à partir d’une série de photos. Il s’agit de choisir une plante et de la photographier chaque jour comme si on consignait le temps. Les photos seront ensuite découpées à dimension 64X89mm. On peut venir les retoucher avec un marqueur.

On peut aussi créer des ATC directement à partir d’une photo de magazine, pourquoi pas retouchée aux marqueurs.

…peinture ensuite

On peut aussi peindre directement sur une photo. Les plantes sont aussi particulièrement bons modèles pour ce faire. Il faut prendre une photo et l’imprimer sur papier ordinaire. Même en noir et blanc, cela fonctionne. On vient ensuite peindre (aquarelle, gouache, acrylique, peu importe!) directement sur l’impression.

A la manière de Pierre Alechinsky (peinture 6)

Pour cet atelier, tu as besoin de ton carnet, d’aquarelles et de marqueurs.

Pierre Alechinsky est un artiste belge, peintre et graveur né en 1927 et toujours en vie actuellement. Fortement inspiré de la fluidité de l’écriture orientale, il est l’un des premiers à avoir utilisé la peinture acrylique. Il est aussi l’un des fondateurs du mouvement Cobra, qui fut actif dans les années 1950.

Aujourd’hui je te propose de créer une oeuvre à la manière de Pierre Alechinsky. Tu vas prendre ton carnet et tracer un cadre au marqueur autour de la double page. Ensuite, tu vas à l’aquarelle promener ton pinceau, et créer ainsi des formes fluides. Tu vas colorier ces formes.

Enfin, tu vas autour du cadre venir dessiner aux marqueurs des petits dessins, un peu comme si tu transformais ton oeuvre en « tapis ».

Les enfants du parascolaire connaissent cet atelier. Nous l’avons déjà fait, mais avec de l’acrylique et des poscas. Je m’adapte ici au fait que beaucoup d’enfants n’ont pas ces fournitures à la maison…

ATC: Doodling sur cartes

Pour cet atelier, tu auras besoin d’un marqueur noir fin, de bics colorés, éventuellement de bics à encre gel, d’un crayon gris, de crayons de couleurs et d’aquarelles, et bien sûr de petites cartes de 64mmX89mm

On peut décorer ses ATC par des petits motifs issus de la nature qu’on peut venir enrouler, ou en créant des formes à sa guise. Les motifs n’ont pas besoin d’être complexes: c’est leur répétition qui va donner cet effet esthétique.

Il se peut que tu manques d’idées. Je t’encourage à aller chercher des motifs sur Internet. Si tu tapes « zentangle » dans Google, tu trouveras pas mal de choses. Tu constateras que faire ces motifs te calme et te permet de rester bien concentré. C’est de là que vient le mot « zentangle » ou « zendoodle », qui veulent dire « gribouillages zen »

Bonne création!